A la découverte du microbiote cutanée


Le microbiote et son environnement

Du fait de son constant renouvellement, la peau est bien plus qu’une simple enveloppe. La peau constitue le plus grand organe du corps humain. Sa fonction de barrière aux infections et autres agressions n’est possible que grâce à la présence d’un nombre considérable de bactéries vivant à sa surface.

L’état naturel et la qualité de la peau dépendent donc en grande partie des micro-organismes constituant sa barrière microbiotique protectrice. En conséquence, le bien-être cutané est étroitement lié à l’équilibre de cette flore de micro-organismes, formant un véritable écosystème. Il est donc vital de préserver la flore cutanée, un "écosystème "ouvert", en contact avec le monde extérieur et sujet aux agressions.

Les aggressions subies par la peau

  • Les gels douches, shampoings et autres soins lavants, dès qu’ils contiennent des colorants, parfums, conservateurs, allergènes ou perturbateurs endocriniens.
  • Les micro-polluants environnementaux, qui entrent constamment en contact avec notre peau. À l’extérieur, nous sommes exposés aux dépôts des échappements automobiles, aux polluants industriels, mais également à des polluants au sein même de la maison avec les produits ménagers.
  • Les substances chimiques contenues dans les textiles et métaux lourds

Dysbiose et solution

Les déséquilibres du microbiote cutané ainsi générés, phénomène appelé dysbiose, entraînent une perte de tolérance du système immunitaire. La peau devient alors sensible et plus réactive avec un risque de développer allergies, eczéma, psoriasis.

Pour maintenir l'équilibre de la flore bactérienne, une solution existe : intégrer de bonnes bactéries vivantes directement dans les produits lavants !